Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 06:13
Photographie de Francis Cormon

Photographie de Francis Cormon

Photographie de Guerenoc

Photographie de Guerenoc

Les installations de Jumièges
BORDS DE SEINE PAR GASTON SEBIRE

BORDS DE SEINE PAR GASTON SEBIRE

Les installations de Jumièges
Les installations de Jumièges
Les installations de Jumièges
Les installations de Jumièges
Les installations de Jumièges
Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans les installations
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 12:30

Le passage d'eau de la Roche a été fermé le 31 mars 1972.

Il reliait Barneville sur Seine sur la rive gauche à Mesnil sous Jumièges sur la rive droite.

La maison du passeur est devenu un gite. Son accès est difficile et exige l'usage d'un véhicule adapté.

La maison du passeur de Barneville sur Seine
A cinquante ans de distance la parcelle boisée au dessus de la maison du passeur a disparueA cinquante ans de distance la parcelle boisée au dessus de la maison du passeur a disparue
A cinquante ans de distance la parcelle boisée au dessus de la maison du passeur a disparue

A cinquante ans de distance la parcelle boisée au dessus de la maison du passeur a disparue

La maison du passeur de Barneville sur Seine
La maison du passeur de Barneville sur Seine

La maison du passeur de Barneville sur Seine

vues vers l'amont et vers l'aval
vues vers l'amont et vers l'aval

vues vers l'amont et vers l'aval

Le circuit piétonnier des côtes

Le circuit piétonnier des côtes

Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans tourisme
commenter cet article
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 05:30
Le service des bacs à l'unisson
Le service des bacs à l'unisson
Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans actualité
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 21:00

PARIS NORMANDIE 16 JANVIER 2015

Président des Usagers des bacs de Seine, Martial Murray a vu de l’eau couler sous les ponts depuis la fondation de cette association en 2004, époque où tout allait à vau-l’eau - horaires et sécurité sur les bacs de Seine. Aujourd’hui, malgré les aléas du bac de Duclair, il affiche un optimisme quasi béat sur le fonctionnement du service, au sortir d’une réunion de travail, jeudi matin, avec Nicolas Rouly, président du Département.

L’ordre du jour de cette rencontre était-il centré sur le bac 21, à Duclair, et ses pannes à répétition ?

Martial Murray : « Il s’agissait surtout de faire un point sur les onze années passées depuis la création de notre association en 2004. À l’époque, rien n’allait, ni les horaires ni les consignes de sécurité qui n’étaient pas respectées. À l’arrivée de Didier Marie, nous avions déposé trois pages de doléances et, même s’il reste toujours des choses à améliorer, il faut bien dire que toutes ont été satisfaites. »

Il demeure pourtant que cette question du bac 21 n’est toujours pas réglée ?

« Il faut attendre les résultats de l’audit en cours qui doit être rendu rapidement. Je suis confiant parce que je sens que les gens qui y travaillent sont compétents et que nous sommes tous sur la même longueur d’onde : améliorer le service. Deux options ressortent aujourd’hui comme me l’a rappelé le président du Département. Soit le bac 21 aura une nouvelle motorisation, ce qui représente 2 millions d’euros d’investissement, soit comme il me l’a annoncé, il y aura la construction d’un nouveau bac pour un montant de 8 millions d’euros. Cette seconde solution peut visiblement être envisagée dans le cadre de la fusion des deux Normandie maintenant confirmée ».

Selon vous, quelle serait la meilleure solution ?

« La meilleure solution est que le bac refonctionne rapidement. Pour le reste, je vous le répète, il faut attendre les résultats de l’audit ».

En dehors de ce bac, l’association n’a donc pas d’autres doléances en termes de fréquence par exemple ?

« Évidemment, nous aimerions bien qu’un bac fonctionne à Yainville le dimanche matin. Et un autre en été entre Caudebec-en-Caux et la Mailleraye. Cela dit, le Département qui souhaitait un temps supprimer celui de Val-de-la-Haye, au final l’a maintenu, considérant qu’il était utile à tous ceux qui travaillaient dans la zone industrielle de la rive gauche. Il a bien fallu dégager des priorités : cela s’est fait en concertation, et en fonction des contraintes financières. »

Propos recueillis par P. Bertrand

p.bertrand@presse-normande.com

Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans actualité duclair
commenter cet article
26 décembre 2014 5 26 /12 /décembre /2014 08:48

Le pont de Tancarville a été inauguré en août 1959. Sa mise en service a entraîné la fermeture du passage d'eau du Hode entre Berville sur Mer et Saint-Vigor d'Ymonville.

Le Pont de Tancarville
Le Pont de Tancarville
Le Pont de Tancarville
Le Pont de Tancarville
Le Pont de Tancarville
Le Pont de Tancarville
Le Pont de Tancarville
Le Pont de Tancarville
Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans les ponts
commenter cet article
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 20:59

Avant 1920, le port de Rouen n’ayant qu’un slipway en travers pour la mise à sec des navires, la Chambre de commerce adopte la génération des docks flottants. Le premier dock – 4 200 tonnes – arrive à Rouen en 1919 en provenance d’un chantier de Hambourg, dans le cadre de dommages de guerre. Il est positionné d’abord au bassin au pétrole de Petit-Quevilly puis en 1930 à la darse de Petit-Couronne. Cette darse, aménagée en centre de réparation navale, recevra plus tard les quatre docks flottants qui seront exploités par les Chantiers de Normandie, deux de 8 000 tonnes et deux de 4 200 tonnes. De 1940 à 1944, l’occupant monopolise la darse de Petit-Couronne et réquisitionne la jeunesse de Rouen. En quittant Rouen, l’armée allemande coulera trois des quatre docks. Ils seront renfloués après la guerre et leur exploitation sera intense. De 1940 à 1986, 3 660 bateaux passeront sur les docks flottants de Petit-Couronne. Un dock plus volumineux de 14 000 tonnes sert encore aujourd’hui dans le bassin Saint-Gervais

Exposition sur les docks flottants de Rouen
Exposition sur les docks flottants de Rouen
Exposition sur les docks flottants de Rouen
Exposition sur les docks flottants de Rouen
Exposition sur les docks flottants de Rouen
Exposition sur les docks flottants de Rouen
Exposition sur les docks flottants de Rouen
Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans actualité
commenter cet article
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 15:35

Le passage d’eau de Saint Georges par Hubert FINOT

Il y eut de tout temps un passage d’eau reliant les deux rives. Les moines de l’Abbaye en furent très tôt les propriétaires, ainsi que du port très proche. Le passage était loué par baux, le plus souvent à des pêcheurs, appelés « Passagers » résidant dans l’île attenante. Le 1er passage se situait avant le rattachement de l’île à la terre ferme à la hauteur de la propriété de M. Pécot. Le second où se trouve la calle actuelle. Il en existait une 3ème retrouvée récemment dans la propriété de M. Decroix, au pied d’un immense entrepôt disparu de nos jours, elle servait aux transports de cidre, eau de vie, fruits, foin, et abritait un pressoir impressionnant.

Le passage fut très fréquenté non seulement par les Boschervillais et Bardouvillais, mais aussi par les ouvriers agricoles de Roumois attirés par les salaires beaucoup plus élevés dans les filatures de la vallée du Cailly

Le passeur Pierre Augustin ROGER en 1927

Le passeur Pierre Augustin ROGER en 1927

Le passeur Maurice SAUMON en 1948

Le passeur Maurice SAUMON en 1948

La barque de l'Ile Saint Georges
La barque de l'Ile Saint Georges
La barque de l'Ile Saint Georges
La barque de l'Ile Saint Georges
La barque de l'Ile Saint Georges
La barque de l'Ile Saint Georges
Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans les barques
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 21:00
l'Hoegh Bannière à Hautot et en 1991
l'Hoegh Bannière à Hautot et en 1991

l'Hoegh Bannière à Hautot et en 1991

l'Hoegh Bannière et le bac d'Hautot sur Seine

l'Hoegh Bannière et le bac d'Hautot sur Seine

le Grand Béréby (ex Hoegh Bannière) en face d'Hautot et le Saint Roparzh (ex Hoegh Banniere)
le Grand Béréby (ex Hoegh Bannière) en face d'Hautot et le Saint Roparzh (ex Hoegh Banniere)

le Grand Béréby (ex Hoegh Bannière) en face d'Hautot et le Saint Roparzh (ex Hoegh Banniere)

le métier de lamaneur

Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans les bateaux
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 11:22
le bac de Quillebeuf en 1944

le bac de Quillebeuf en 1944

cale de Caudebec en 1944

cale de Caudebec en 1944

la Mailleraye en septembre 1944
la Mailleraye en septembre 1944

la Mailleraye en septembre 1944

Les bacs sous les bombes
Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans 1940 et 1944
commenter cet article
4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 10:43

Le Département de Seine-Maritime a acquis, en 199, le bac 21 pour assurer le transport simultané de passagers, voitures et poids lourds au passage d’eau entre Duclair et Berville. Chaque jour, 2000 véhicules utilisent ce passage d’eau, le plus fréquenté des 8 passages d’eau départementaux (28% de la fréquentation totale). Le Département a décidé de lancer une étude sur la remotorisation du bac 21 afin de décider des moyens à mettre en oeuvre pour pérenniser et moderniser la traversée Duclair - Berville.

Les caractéristiques du bac 21 sont celles d’un bac maritime, c’est-à-dire au jaugeage supérieur à 50 tonneaux. Le bac 21, avec les bacs 13, 14 et 23, sont les seuls bacs départementaux permettant de transporter simultanément passagers, voitures et poids lourds sur les deux passages d’eau maritimes actuellement en service sur la Seine (Duclair-Berville et Quillebeuf-Port Jérôme). Le passage d’eau, compte tenu de sa faible largeur, est par ailleurs particulièrement affecté par les embâcles et objets dérivants sur la Seine, causes d’avaries sur les bacs.

Après 25 années de service, il s’avère nécessaire d’envisager le remplacement des moteurs du bac 21 dans les prochaines années pour son maintien en service. La motorisation actuelle du bac, innovante à l’époque de son installation, ne réunit plus les conditions permettant une exploitation optimale du navire : elle présente des fragilités ainsi qu’une consommation importante.

Le Département a donc décidé de lancer une étude de remotorisation globale afin de définir le mode de motorisation et le contenu des travaux nécessaires au maintien en exploitation du bac 21. Les résultats de cette étude seront connus au 2ème trimestre 2015.

Une intervention technique est en cours actuellement après une avarie sur les propulseurs du bac 21. Il est prévu que ce bac reprenne son service dans un délai de 6 à 8 semaines. Le service au passage d’eau de Duclair-Berville est assuré durant cette période par le bac maritime 14 (bac de réserve) ; dès remise en exploitation du bac 23 à Quillebeuf le 10 novembre prochain, le bac 13 viendra suppléer le bac 14.

Le Département lance une étude sur la remotorisation du bac 21 assurant la traversée Duclair - Berville
Le Département lance une étude sur la remotorisation du bac 21 assurant la traversée Duclair - Berville
Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans actualité duclair
commenter cet article