Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 20:24

Lors de l’assemblée générale du comité de défense du bac de Quillebeuf du 22 janvier 2016, plus de 130 personnes en attente de réponse, usagers ou non, étaient présentes.

TROUVER DES FINANCEMENTS

Parmi les responsables invités, Jean-Pierre Lucas, directeur général adjoint du Pôle aménagement et mobilités au conseil départemental de Seine-Maritime, a tenu à préciser quelques chiffres : « 75 % des usagers du bac de Quillebeuf-sur-Seine viennent du département de l’Eure. Aujourd’hui, on a un financement concernant ce service assuré à un peu moins des deux tiers par la Seine-Maritime, un peu plus du tiers restant revenant à la charge du département de L’Eure. C’est un coût important pour lequel nous devons faire appel à un partenariat plus fort avec les territoires. » Autrement dit, impliquer les communautés de communes, les communes riveraines et toujours les deux départements dans les coûts de fonctionnement du bac.

BIENTÔT UN PÉAGE ?

De son côté, Benoît Gatinet, vice-président du département de l’Eure a affirmé « qu’à l’heure des baisses de dotations de l’État, il fallait trouver de nouvelles solutions économiques et des financements complémentaires à ceux du département ». Parmi ceux évoqués : une participation des entreprises locales, le bac étant avant tout utilisé par des salariés pour se rendre sur leur lieu de travail, et la mise en place d’un péage pour les usagers. Proposition à laquelle la salle n’a pas manqué de réagir. « Le bac a déjà connu un péage par le passé mais abandonné car trop coûteux pour sa mise en place. Je ne nous vois pas du tout revenir à ce type de système », a prévenu Christian Lévesque.

Bien qu’ayant le sentiment « qu’il n’y avait aucune volonté des deux départements de supprimer le bac de Quillebeuf », le président a assuré que lui et le comité de défense « resteraient sur leurs gardes dans les semaines et mois à venir ».

LE BUREAU DÉMISSIONNE

Démissionnaire, le comité de défense se réunira prochainement pour former un nouveau bureau. Jean-Pierre Lucas a estimé qu’il était important de maintenir ce comité : « C’est essentiel pour nous de pouvoir continuer à dialoguer et à échanger avec l’association. On apprécie, en tant qu’exploitant de la voie d’eau, l’importance de ce comité. »

PARIS NORMANDIE DU 25 JANVIER 2016

Partager cet article

Repost 0
Jean-Bernard SEILLE bacs de la basse Seine - dans actualité associations d'usagers
commenter cet article

commentaires